14 Aug 2019

Brexit : quelles conséquences sur les entreprises françaises ?

Brexit : quelles conséquences sur les entreprises françaises ?

L'application du Brexit ou Britain exit a été programmée le 30 mars 2019. Les Britanniques ont voté pour ne plus rester membre de l'Union européenne. Ce retrait engendre de nombreux changements. La France fera partie des pays européens les plus concernés. Découvrez au travers de cette rubrique ce que pourraient être les conséquences de ce retrait à l'UE du Royaume-Uni sur les entreprises françaises.

Les secteurs les plus impactés en France

Tant qu'il n'y aura pas d'accord préférentiel, les conséquences du Brexit sur les entreprises françaises sont nombreuses, notamment celles qui importent et exportent des produits sur le territoire britannique. L'Hexagone a déjà souffert de la situation qui pourra davantage se dégénérer dans un futur proche. Auparavant, ces pays ont tissé une relation économique riche en échanges, renforcée essentiellement par la construction du tunnel sous la manche.

Les difficultés notoires touchent principalement les PME françaises qui traitent avec le Royaume-Uni. Des milliers d'emplois sont menacés. Les plus vulnérables s'avèrent les secteurs du commerce de gros, les produits alimentaires, la fabrication de meubles, les services aux entreprises et les fonctions support. Dorénavant, ces entreprises devront payer des taxes assez conséquentes en exportant leur produit vers le Royaume-Uni.

Les conséquences réglementaires

Le Brexit impacte particulièrement le plan règlementaire. En effet, il marque la fin de la libre circulation des produits. Les entreprises doivent prévoir la présence de nouveaux contrôles et le retour des formalités administratives aux frontières. Cela signifie une hausse probable des produits importés au Royaume-Uni.

Aussi, les britanniques ne sont plus obligés de suivre les normes européennes. De ce fait, les produits français pourront avoir un problème de conformité avec les normes anglaises lorsqu'ils entrent sur le territoire. Ils risquent ainsi de ne plus être commercialisés en Grande-Bretagne.

L'incertitude touche également le droit de la propriété intellectuelle. Il se pourrait que des marques déposées et des brevets soient interdits d'exploitation sur le sol britannique.

Les conséquences du Brexit sur le droit social

Dû à la mise en place des nouvelles règles frontalières, les entreprises françaises installées sur le territoire doivent s'attendre à une éventuelle modification du droit de travail et des structures opérationnelles.

Ainsi, les employés français envoyés travailler sur le sol anglais, et vice-versa, sont rattachés au régime social du pays destinataire, sauf signature d'un accord équitable entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Ils sont considérés comme des expatriés.

Impacts du Brexit sur la fiscalité

Si aucune convention bilatérale n'a encore été faite, les conséquences sur la fiscalité sont énormes pour les entreprises françaises ayant des relations économiques avec des opérateurs économiques britanniques. Pour développer son économie, le gouvernement anglais a mis en place une politique fiscale plus intéressante. Entre autres, le taux de l'impôt en France pourra atteindre les 28 % en 2020.

L'espace commun n'est plus de mise entre les deux pays. Les sociétés importeront ainsi des biens soumis à la TVA.

Le Brexit a également engendré une chute du cours de la Livre sterling, ce qui a probablement impacté le coût d'activité des sociétés françaises collaborant avec le Royaume-Uni. Les produits importés de ce pays sont ainsi devenus plus chers. Cela provoque une baisse de la consommation britannique et celle des exportations françaises.