25 Feb 2019

Le rôle de la prévoyance en cas d'arrêt maladie en entreprise

Le rôle de la prévoyance en cas d'arrêt maladie en entreprise

Faire bénéficier à ses employés de l'assurance prévoyance permet de créer un climat favorable au sein de l'entreprise. Par rapport aux bénéficiaires, la prévoyance collective complète protège les salariés en cas d'arrêt maladie ou de décès. Mais que vaut vraiment l'assurance prévoyance suite à un arrêt maladie et quel est son rôle ?

Cessation temporaire d'activité

L'arrêt-maladie est une forme d'arrêt de travail de façon temporaire. Elle résulte de l'interdiction du médecin au salarié d'exercer son métier lorsque l'état de celui-ci l'empêche de mener à bien sa mission. Le salarié a pour obligation d'avertir au plus vite son employeur et la sécurité sociale dans les 48 heures suivant l'arrêt de travail.

Les maladies ordinaires comme la rhume ou la grippe sont souvent à l'origine d'un arrêt de courte durée, de 1 à 3 jours. Les troubles squelettiques concernent 18% des cas. Les arrêts longs durent au moins 30 jours. Parmi les causes de cette interruption de longue durée, il y a les troubles psychologiques et les accidents ou traumatisme.

Le régime obligatoire prend en charge 50% du salaire journalier de base du salarié pendant un délai de 360 jours maximum. Cette indemnité journalière sera complétée par l'indemnisation versée par son employeur pour un employé ayant au moins un an d'ancienneté.

Assurance prévoyance collective et arrêt maladie

Le montant et la forme des indemnités journalières par la Sécurité sociale varient suivant les causes de l'incapacité. Ainsi, la prise en charge pour un accident de travail sera-t-elle différente de celle pour la maternité.

Pour un maintien de salaire, les garanties de prévoyance collective vont compléter l'indemnité versée par le régime obligatoire. Le délai de franchise lié à ce type d'assurance varie suivant l'assureur. Dans certains cas, l'indemnisation perçue par le salarié peut couvrir jusqu'à 100% de son salaire brut.

Le versement des indemnités, journalières et complémentaires, est stoppé dès que le salarié réintègre l'entreprise. Néanmoins, une visite médicale de reprise sera imposée dans les 8 jours suivant la reprise lorsque l'arrêt maladie a duré plus de 1 mois.

Pour compenser un manque à gagner

Du côté de l'entreprise, l'existence d'un salarié soumis à un arrêt maladie peut perturber l'organisation interne. Pour le salarié, cet incapacité à travailler de façon temporaire va entrainer une diminution des rentrées d'argent.

La mise en place d'un contrat de prévoyance collective permet ainsi au salarié de bénéficier d'un complément de rémunération qui va s'ajouter aux indemnités de la Sécurité sociales et ceux versés par l'employeur. De cette façon, ces indemnisations vont combler une partie ou tout du manque à gagner lié à son arrêt de travail.

Parce qu'un arrêt maladie peut entraîner des dépenses insoupçonnées, il vaut mieux s'assurer d'une prise en charge suffisante pour cette période difficile. C'est pourquoi il s'avère judicieux de souscrire un contrat de prévoyance individuelle. Créé en 2007, Filiassur https://www.filiassur-prevention.fr/ veut répondre à ce besoin de prévoyance spécifique en consacrant ses produits de prévoyance pour les particuliers. Groupe à dimension internationale, Filiassur emploie jusqu'ici 500 salariés et compte plus de 300 000 clients.